Cautérisation capillaire : tendance parmi les traitements des cheveux

Le méchant cheveux devient le grand protagoniste, une vieille dame connue dans les salons de beauté, le coiffeur gagne un rôle de premier plan lorsque le sujet est la Cautérisation, car sa fonction de chauffage devient indispensable lors de cette procédure.

“La cautérisation est essentiellement liée au remplacement de la kératine, qui comble les imperfections causées par l’excès de produits chimiques (décoloration, lissage, progressif, permanent), les contraintes mécaniques (séchoir, diffuseur, babyliss) et les facteurs externes (soleil, mer, piscine, poussière). Cependant, qu’est-ce qu’on peut savoir sur la cautérisation capillaire ? C’est la question.

Qu’est-ce que la cautérisation capillaire ?

La cautérisation capillaire est également connue sous le nom de “plastification des cheveux”, car, comme dans la procédure esthétique, elle est capable de réparer complètement et de donner une nouvelle vie aux cheveux, en particulier ceux qui sont secs, cassants ou qui ont subi des processus chimiques.

Sa ligne d’action est le remplacement de la kératine, un élément essentiel pour le maintien de la fibre capillaire, en plus des vitamines et autres protéines perdues, agissant du cortex à la cuticule c’est-à-dire à l’intérieur du fil.

Ce processus permet de restaurer la brillance, la douceur et l’élasticité des mèches les plus abîmées et de réduire les redoutables frisottis et pointes fourchues, sans que les cheveux aient à passer par les ciseaux.

Qui peut pratiquer la cautérisation capillaire ?

La cautérisation capillaire est recommandée pour les cheveux abîmés soumis à des processus chimiques, tels que le brossage progressif, la relaxation et la coloration, ou pour les plus fragiles et souffrant de fourches.

Dans un fil déjà sain, l’excès de kératine peut créer un effet inverse, appelé “rebond”, qui lui donne un aspect plus épais, plus lourd, plus dur et plus cassant.

Bien qu’il n’y ait pas de contre-indications, même pour les femmes enceintes, il est essentiel que les cheveux soient vraiment secs ou qu’ils nécessitent un traitement plus profond. Si ce n’est pas votre cas, investissez dans une hydratation intensive tous les quinze jours ou dans une nanokératinisation, qui utilise de plus petites particules de kératine.

Quand procéder à la cautérisation capillaire ?

La cautérisation capillaire étant un traitement intensif, il est nécessaire d’attendre au moins un mois entre une procédure et une autre, afin de ne pas surcharger la fibre capillaire de kératine et d’éviter l’effet de rebond, mentionné ci-dessus.

Si vos cheveux ont été coupés chimiquement, la cautérisation peut aider à restaurer immédiatement l’élasticité, la force et empêcher les mèches de se casser. Plus les dommages sont importants, plus il faut de séances pour rétablir la santé des brins.

Cependant, si vous venez de faire une autre opération, comme la teinture ou le redressement, l’idéal est de ne pas faire la cautérisation par la suite. Prévoyez un délai, d’une semaine à quinze jours, pour la récupération complète du cuir chevelu et des fils.

Comment la cautérisation capillaire est-elle effectuée ?

Comme dans certaines procédures chimiques plus traditionnelles, la cautérisation capillaire est effectuée par étapes :

Au début, les cheveux sont lavés au moins deux fois avec un shampoing spécial anti-résidus, qui aide à ouvrir les écailles du cheveu et à augmenter le pouvoir d’hydratation.

Après avoir éliminé l’excès d’eau, le coiffeur doit séparer les cheveux en mèches et appliquer la crème restructurante pour cheveux, composée de collagène – une protéine qui aide les cheveux à pousser et à retrouver leur fermeté.

Après 20 minutes, les cheveux sont rincés, et le produit à base de kératine peut déjà être appliqué.

A partir de là, commence le processus appelé “scellage des fils”, qui aide la kératine à pénétrer plus efficacement. Cette procédure se fait avec la plaque et représente l’étape finale de la cautérisation.

Puis-je effectuer la cautérisation capillaire à domicile ?

De nombreux sites web et salons de beauté proposent des produits et des tutoriels pour vous permettre de faire de la cautérisation capillaire à domicile. Cependant, cette procédure peut représenter un grand risque pour la santé de vos cheveux, car l’excès de kératine provoque la rupture des cheveux, et aussi parce que vous pouvez commettre une erreur au moment de la fermeture.

L’utilisation de la plaque à une température supérieure à 200º C, par exemple, peut brûler les fibres capillaires, ce qui augmente les frisottis et la chute et provoque l’effet inverse de celui souhaité.

Quelles sont les principales précautions à prendre avant et après la procédure ?

Le principal soin pour les cheveux dans lesquels la cautérisation va avoir lieu ou a déjà eu lieu est l’hydratation. Cette procédure, combinée à l’utilisation d’un bon masque, peut améliorer la brillance, la douceur et l’élasticité des cheveux.

L’hydratation est également capable de minimiser les problèmes causés par des agents externes et de rendre aux cheveux les lipides que la cautérisation ne peut pas restituer. Par conséquent, les traitements ne doivent pas être des substituts, mais des compléments dans les soins capillaires.